Des relations

Qu'est-ce que l'anxiété de textos et en quoi cela affecte-t-il votre relation?

Qu'est-ce que l'anxiété de textos et en quoi cela affecte-t-il votre relation?

Vous savez ce nœud anxieux que vous avez dans le ventre quand vous avez envoyé un texto et vous vous inquiétez pour une réponse? Ou ce sentiment de démangeaisons que vous ressentez lorsque votre téléphone est mort et que vous savez que vous êtes censé recevoir une mise à jour? Comme beaucoup d’entre nous le savent, l’anxiété par SMS n’est pas une blague. Mais ce que vous ne réalisez peut-être pas, c'est qu'il ne s'agit pas seulement de regarder votre téléphone trop souvent. Pour certains, l'anxiété associée à la culture des textos se transforme en un problème de santé mentale grave.

Si vous êtes déjà quelqu'un qui lutte avec l'anxiété, il est facile de comprendre pourquoi l'envoi de textos exacerberait cela. Bien que les textos existent depuis près de 25 ans, ce n’est que depuis que Blackberry et d’autres smartphones ont fait irruption sur la scène qu’ils ont pris le relais. Tout à coup, ce n'était pas un message épis et péniblement écrit sur votre Nokia, il était constamment accessible à tous vos amis, partenaires, même vos collègues et vos supérieurs. Nous sommes censés répondre rapidement, voire engager une conversation complète par SMS, où que nous soyons. Et, comme beaucoup d’entre nous ont des SMS de groupe avec leurs amis, il est facile d’obtenir un FOMO majeur - et de vérifier votre téléphone, au cas où.

Si cela vous ressemble, voici ce que vous savez au sujet de l’anxiété liée aux SMS et de la façon de la combattre, car c’est un problème grave et en nette augmentation.

L'étendue du problème

Les conversations par SMS en continu signifient que vous avez d'innombrables occasions de vous sentir exclu: vous envoyez quelque chose au monde et jusqu'à ce que vous receviez des commentaires, il est facile de vous sentir anxieux. Parfois, cette anxiété peut être si intense qu'elle se traduit par des symptômes physiques - beaucoup d'entre nous ont eu le sentiment de transpiration, de palpitation, de nervosité lorsque nous attendions une réponse cruciale. Ce n'est pas dans ta tête. En fait, dans une étude réalisée par l'American Psychological Association, un cinquième des Américains a associé leur téléphone au stress. Nous pensions que ces appareils étaient conçus pour nous simplifier la vie, mais pour beaucoup d’entre nous, ils ont été tout sauf. Combinez votre anxiété par SMS avec le stress d'être constamment disponible et branché sur le monde qui vous entoure, coucher avec votre téléphone près de votre tête, et notre relation souvent malsaine avec les médias sociaux - et vous avez la recette du désastre.

Comment le traiter

L’anxiété liée aux textos est devenue un problème qui fait actuellement l’objet de recherches sur la manière de la combattre. Parfois, l’anxiété entourant l’envoi de SMS est son propre problème, alors que l’utilisation de téléphones et de SMS peut également aggraver des problèmes déjà existants, tels que l’anxiété ou la dépression. Dans les deux cas, les gens se tournent vers un large éventail de méthodes. La thérapie cognitivo-comportementale et la psychothérapie sont parfois utilisées, de même que les ISRS.

Si vous sentez que vous avez des problèmes pour contrôler votre utilisation du téléphone, ou que l'attente de réponses textuelles ou la pression pour envoyer des messages texte vous inquiète, vous pouvez alors prendre une mesure simple. La première chose à essayer est, peut-être sans surprise, d'utiliser moins votre téléphone. Cela semble banal, mais c'est un élément crucial de nombreux plans de traitement et vous pouvez l'essayer gratuitement à la maison. Définir des heures désignées par jour lorsque vous utilisez votre téléphone - pendant votre pause-repas, dans le bus - et que vous y tenez seulement ces temps peuvent changer complètement la donne.

Cela peut être particulièrement utile si les personnes autour de vous, comme votre partenaire ou vos enfants, se sentent affectés par le temps que vous passez sur votre téléphone. Faites un accord pour faire du temps partagé, comme un dîner ou une soirée cinéma, un espace sans téléphone. Si vous pouvez définir des limites précises quant au moment où vous écrirez ou non, vous constaterez que cela aide à combattre votre anxiété. Sinon, vous pouvez envisager de chercher de l'aide. Nous sommes si nombreux à avoir du mal à contrôler l'utilisation de nos téléphones - ils sont conçus pour retenir notre attention, après tout -, il n'y a donc pas de honte dans la lutte.

Un plus grand mouvement

Tout cela est troublant - mais il y a une vérité fondamentale qui est peut-être la plus troublante de toutes: le problème ne semble aller nulle part. Lorsque les téléphones, les applications et les sites Web sur ceux-ci se font concurrence pour attirer votre attention, il devient presque impossible de ne pas se laisser entraîner dans leur écosphère angoissante. C'est pourquoi nous voyons des groupes comme le Center for Humane Technology essayer de traiter ce problème à un niveau plus fondamental; et certains téléphones vous permettent maintenant de suivre et de limiter votre utilisation directement dans les paramètres. Espérons que ce sont des signes d'un mouvement plus large de recherche de la racine du problème - la technologie elle-même. Mais jusqu'à ce que nous voyions des changements plus audacieux et plus progressifs, nous devons tous essayer d'établir une relation responsable avec nos téléphones. Et cela pourrait bien commencer par freiner nos textos.

Voir plus: Comment arrêter le "cricket" de votre partenaire

Bien qu'il soit possible de communiquer avec les amis et la famille du monde entier à tout moment, il ne fait aucun doute que l'anxiété et le stress engendrés par ce privilège peuvent être paralysants. Si vous sentez que vous êtes inquiet à propos de votre utilisation du téléphone, essayez de définir des limites le plus rapidement possible. Si cela n'améliore pas votre situation, n'ayez jamais honte de demander de l'aide. Votre téléphone ne vaut pas la peine de sacrifier votre santé mentale.